/start_watching/catalog/svyaz_vremen_v_gume/nastolnyy_telefonnyy_apparat52/index.php
/

Joining excursions

To see our museum exhibits live, please fill in this short form to sign up:

CAPTCHA

CAPTCHA

Tapez les lettres que vous voyez sur le dessin *

Commentaires


CAPTCHA

CAPTCHA

Tapez les lettres que vous voyez sur le dessin *
St. Petersburg | Moscou
RU | EN | DE | FR | ES
+7 (495)825-03-85
To book a tour
+7 (495/499)800-13-30
Appareil téléphonique de table
Appareil téléphonique de table
Siemens & Halske
Allemagne, 1910

Téléphone automatique avec un cadran rotatif numérique qui fut surnommé casse-tête à cause de son aspect extérieur. Possède un combiné avec un microphone à charbon et une sonnerie polarisée. Il fut utilisé dans les réseaux publics en Allemagne et dans les autres pays de l’Europe.

Le cadran casse-tête fut inventé par le célèbre créateur du central téléphonique, l’Américain Almon Brown Strowger et fut initialement utilisé dans les téléphones Strowger. Plus tard, autres fabricants de téléphones dans d’autres pays l’adoptèrent aussi.

On pouvait trouver ce modèle, par exemple, dans le bâtiment du Service impérial des postes d’Allemagne. Un fait curieux de l’histoire de communications en Allemagne: quand le télégraphe et le téléphone n’existaient pas encore, il y avait «la poste des bouchers».

«La poste des bouchers» (Metzgerpost) est parfois considérée comme la première poste internationale du Moyen Age. Dans certaines villes de l’Allemagne du Sud la corporation des bouchers qui était libérée de quelques obligations communautaires devait en échange transporter des lettres et des envois. Pour honorer cette fonction, les bouchers créèrent un service de courriers à cheval. Arrivé à destination, le courrier il sonnait le cor qui par la suite devint l’emblème universel des services postaux. La poste des bouchers, créée au XIIe siècle, perdura jusqu'en 1637, quand la famille Thurn und Taxis obtint le monopole des services de poste en Allemagne.

A l’époque de l’Empire allemand fin son apparition la Deutsche Reichspost («Poste impériale allemande»), officiellement établie le 4 mai 1871.

Après l’apparition du télégraphe et sa reconnaissance en tant qu’un moyen de communication indispensable, les postes allemandes furent réunies avec le télégraphe, ce qui fut très profitable pour les deux services: plus tard, presque tous les autres pays suivirent l’exemple. Cette réunification eut lieu en 1875, quand les télégraphes entrèrent dans la juridiction du Service impérial de postes.

Dans les années suivantes, le territoire de la Poste impériale allemande fut divisé en quarante arrondissements postaux-télégraphiques qui étaient du ressort des directeurs principaux des postes. Les directeurs principaux avaient sous leurs ordres des conseillers qui étaient chargés de commissions, des architectes qui devaient construire des bâtiments des postes et télégraphes et des inspecteurs.

Dans tous les endroits où le réseau n’était pas assez grand pour avoir besoin d’établissements télégraphiques et téléphoniques séparés, ceux-ci étaient combinés avec les bureaux de poste (Postämter) qui se divisaient en trois catégories selon l’importance du territoire. La quatrième catégorie des bureaux de poste, c’étaient les agences de poste (Postagenturen) qui étaient confiés non pas à un fonctionnaire spéciale mais à un agent de poste recruté parmi les locaux qui le remplissait tout en gardant ses fonctions ordinaires. 33 bureaux de poste voyageurs s’occupaient du transport de la poste par des chemins de fer. Dans des grands villages où un bureau de poste n’existait pas, on avait toutefois des points de poste supplémentaires où l’on pouvait acheter des timbres, envoyer et recevoir des lettres et même parfois envoyer un télégramme en Allemagne.



Appareil téléphonique de table
Appareil téléphonique de table
1910 Allemagne. Siemens & Halske