Afin de billet
news

12.12.2013

Téléphone Öller & C˚

Cet espace permit la formation de bons spécialistes en télécommunications dont certains quittèrent la compagnie quelques ans après pour ouvrir leurs propres ateliers. Celui qui réussit le plus fut Lars Magnus Ericsson qui se rallia à la compagnie en 1867 en tant qu’étudiant et travailla là-bas jusqu’à 1876, à part trois ans (1872-1875) quand il étudiait à l’étranger et puis travaillait chez Siemens & Halske. Ayant quitté Öller & C˚, Ericsson, avec l’aide de son collègue Carl Johan Andersson, organisa sa propre compagnie, L. M. Ericsson & C˚. Il devint un concurrent sérieux pour Öller & C˚, surtout dans la sphère de téléphonie. A la fin de l’année 1877, Siemens montra son premier téléAnton Henrik Öller fut pionnier de télécommunications suédoises. Né en 1819 dans une famille d’apothicaire, il reçut une bonne éducation et travailla dans plus d’un domaine (par exemple, il essaya de fabriquer la soie à Stockholm). Au début des années 1850 son ami Anton Ludvig Fahnehjelm, inventeur et capitaine du corps de mécaniciens navals, réussit de l’entraîner dans ses expériences en télégraphie électrique. En juillet 1853, Öller et Fahnehjelm participèrent au lancement du premier télégraphe électrique liant Stockholm et Uppsala. En 1854, l’Administration du télégraphe électrique désigna Öller chef du bureau télégraphique à Uppsala.  

A l’époque, la Suède devait importer la grande partie de l’équipement télégraphique moderne. Mais Televerket, la compagnie d’Etat qui s’occupait des postes et du télégraphe, aspira à créer une production suédoise le plus vite possible, et les fabricants d’instruments reçurent une commande de copier les machines télégraphiques allemandes et anglaises. A ses heures de loisir, Henrik Öller continuait ses expériences de télégraphe et créait des nouveaux projets.

En 1857, il créa son entreprise, Öller et C˚, qui faisait la production, la réparation et la modernisation de machines télégraphiques. Ce fut la première compagnie suédoise axée sur l’équipement électrique, y compris des machines télégraphiques.

phone, un modèle copié sur le téléphone Bell et perfectionné, et Öller la copia sur-le-champ. Ericsson, à son tour, commença à produire les téléphones semblables à ceux d’Öller.

Vers 1886, la concurrence avec Ericsson fut tellement dure pour Öller & C˚ qu’elle commença à céder ses positions, et en 1889, après la mort d’Anton Henrik Öller, la compagnie cessa d’exister après 33 ans de vie. On ne dispose pas d’information précise sur le nombre de téléphones produits par Öller & C˚ mais on peut l’estimer à 400 exemplaires.